Cannabis - Réseau Périnatalité Eure et Seine-Maritime

Cannabis

  1. Qu’est-ce que le cannabis ?
  2. Recommandations pendant la grossesse
  3. Quelles sont les conséquences de la consommation de cannabis ?
  4. Arrêter de consommer du cannabis
  5. Où trouver de l’aide ?

© 7raysmarketing / Pixabay

Qu’est-ce que le cannabis ?

Le cannabis est une plante consommée à des fins récréatives ou thérapeutiques. Son principe actif le tétrahydrocannabinol (THC) agit sur le système nerveux central. Il est inscrit sur la liste des stupéfiants. Sa concentration est très variable selon les préparations et la provenance du produit. Le cannabis consommé aujourd’hui a tendance à être de concentration plus élevée que par le passé.

Quelle que soit sa forme, le cannabis peut être coupé avec des substances plus ou moins toxiques, on peut trouver par exemple : du henné, du cirage, de la paraffine mais aussi du sable, de la farine, de la silice ou des microbilles de verre.

L’herbe (marijuana, ganja, beuh, etc…) :

© TechPhotoGal / Pixabay

Ce sont les feuilles, tiges et sommités fleuries, simplement séchées et éventuellement écrasées. Elles se fument généralement mélangées à du tabac, roulées en cigarette souvent de forme conique (joint, pétard). La teneur en THC varie en fonction de l’espèce, de la maturation de la plante et de la méthode de culture.

La résine (haschisch, hasch, shit, chichon, etc…) :

Elle est obtenue à partir des sommités fleuries de la plante. Elle se présente sous la forme de plaques compressées, barrettes de couleur verte, brune ou jaune selon les régions de production et se fume généralement mélangée à du tabac (joint).

L’huile :

C’est une préparation plus concentrée en principe actif, consommée généralement au moyen d’une pipe. Son usage est peu répandu en France.

Le cannabis est plus rarement consommé sous forme de gâteau (space cake) ou d’infusion.

Pour en savoir plus :

Brochure ANPAA (2014) : L’essentiel sur… le Cannabiscliquer ici

Brochure INPES (2016) : Cannabis, ce qu’il faut savoircliquer ici

Sources : (cliquer sur l’image pour accéder au lien)

Cannabis

Cannabis

Qu’est-ce que le cannabis ?

Synthèse thématique : cannabis

Cannabis


© GDJ / Pixabay

Recommandations pendant la grossesse

En l’état actuel des connaissances, il est fortement déconseillé de consommer du cannabis durant la grossesse. Si le cannabis en cours de grossesse n’est pas associé à un risque malformatif particulier, la poursuite de sa consommation n’est pas souhaitable par principe de précaution.

Le principe actif du cannabis, le THC passe la barrière placentaire. Les conséquences semblent essentiellement à mettre sur le compte du tabac fumé concomitamment au cannabis et à condition que la consommation soit régulière et importante (6 fois par semaine ou plus) : prématurité, retard de croissance intra-utérin (RCIU), diminution du poids de naissance et trémulations néonatales (régressant en environ 1 mois). Le rôle propre du tabac fumé avec le cannabis est difficile à distinguer de celui du cannabis seul. Lors d’une consommation occasionnelle, aucun effet néonatal n’est noté.

Source : (cliquer sur l’image pour accéder au lien)

Cannabis


Quelles sont les conséquences de la consommation de cannabis ?

Sur le consommateur :

La consommation de cannabis entraîne généralement un sentiment de bien-être, une euphorie modérée, suivi d’une somnolence mais aussi un affaiblissement de la mémoire à court terme et des troubles de l’attention. Cela peut entraîner une augmentation du temps de réaction, une difficulté à effectuer des tâches complètes et des troubles de la coordination motrice susceptibles d’augmenter les risques associés à la conduite. Le cannabis diminue les capacités de mémorisation et d’apprentissage. Une consommation soutenue peut conduire à un désintérêt pour les activités habituelles, à une fatigue physique et intellectuelle, à des difficultés de concentration et de mémorisation et à une humeur dépressive. Un risque de dépendance (surtout psychique) peut apparaître à un niveau de consommation élevé. Des problèmes relationnels, scolaires et professionnels peuvent survenir. L’usage régulier de cannabis peut, par ailleurs, accompagner ou aggraver l’apparition de troubles psychiatriques.

Source : (cliquer sur l’image pour accéder au lien)

Le cannabis altère-t-il les capacités d’apprentissage et la motivation ?


Sur la fertilité :

La consommation de cannabis modifie l’équilibre hormonal masculin et féminin nécessaire à la reproduction. Le principe de précaution doit donc inciter les couples désireux d’avoir un enfant à cesser leur consommation de cannabis et de tabac, d’autant plus s’ils sont déjà suivis pour infertilité ou souhaitent avoir recours à la procréation médicalement assistée (PMA).

Source : (cliquer sur l’image pour accéder au lien)

Le cannabis nuit-il à la fertilité ?


Sur la grossesse, le fœtus et l’enfant :

La consommation de cannabis pendant la grossesse peut être à l’origine de complications de la grossesse. Ces complications touchant le placenta, peuvent entraîner des naissances prématurées et dans les cas les plus graves mettre en danger la vie du fœtus comme celle de la mère.

Une consommation de cannabis pendant la grossesse n’entraîne aucune malformation mais expose le fœtus à un certain nombre de risques. Souvent fumé avec du tabac, il est difficile de différencier les effets de chacun des 2 produits. A la naissance, les bébés exposés au cannabis durant leur vie intra-utérine peuvent présenter des sursauts et des tremblements transitoires. A distance, le score global d’intelligence (QI) des enfants semble normal. Cependant des déficits de l’attention, une hyperactivité et une perturbation de certains tests cognitifs et certaines fonctions d’exécution ont été observés chez des enfants vers l’âge de 9-12 ou 13-16 ans dont les mères consommaient du cannabis à raison d’au moins 6 fois par semaine en cours de la grossesse.

Source : (cliquer sur l’image pour accéder au lien)

Cannabis et grossesse : quel risque pour l’enfant ?


Pour en savoir plus :

Page : Tabac


Arrêter de consommer du cannabis

Comme pour toutes les drogues, il est possible d’arrêter seul le cannabis. La volonté d’arrêter est un des moteurs essentiels à votre démarche mais il est également très important de se préparer en amont.

Bien que l’arrêt du cannabis seul soit possible, cela ne signifie pas qu’il soit facile et rapide à mettre en place. Si vous n’y parvenez pas, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel spécialisé (médecin ou psychologue par exemple).

Pour en savoir plus :

Brochure INPES (2016) : Guide d’aide à l’arrêt du cannabis cliquer ici

Sources : (cliquer sur l’image pour accéder au lien)

Est-il possible d’arrêter seul le cannabis ?

Je ne parviens pas à arrêter ma consommation de drogue


Où trouver de l’aide ?

Si vous vous posez des questions sur votre consommation de cannabis, n’hésitez pas à en parler aux professionnels qui suivent votre grossesse.

Vous pouvez avoir recours au téléphone ou à Internet. « Drogues info service » est à votre disposition pour répondre à vos questions et pour vous aider dans votre réflexion. Vous pouvez joindre anonymement l’un de nos écoutants par téléphone tous les jours de 08h00 à 02h00 du matin au 0 800 23 13 13, appel gratuit depuis un poste fixe (au 01 70 23 13 13 depuis un portable) ou par chat.

Si la consommation de cannabis s’est installée de façon importante dans votre existence, il est normal qu’arrêter vous paraisse difficile, voire impossible. Vous pouvez être aidée.

Si vous êtes enceinte et en difficulté avec le cannabis, n’hésitez pas à prendre contact avec une équipe spécialisée.

Les Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA), permettent de faire le point avec un professionnel sur votre consommation de cannabis et proposent un accompagnement vers l’arrêt.

Il existe aussi des consultations jeunes consommateurs (CJC) dont l’objectif est d’accueillir des jeunes consommateurs en questionnement sur leur consommation, ainsi que leur entourage. Le principe est de faire le point, éventuellement de proposer une aide, avant que la consommation ne devienne problématique.

Toutes les problématiques d’addiction peuvent être abordées dans ces lieux : l’usage d’alcool, de cannabis, la pratique de jeux vidéo ou de l’utilisation d’Internet, etc… Ces consultations proposent un accueil gratuit et confidentiel. Elles se déroulent au sein des CSAPA ou dans des lieux spécialisés dans l’accueil des jeunes (Maisons des adolescents et Points accueil écoute jeunes).

Vidéo : (cliquer sur l’image pour accéder au lien)

SPF (2016) : Qu’est-ce qu’une CJC ?

Annuaires : (cliquer sur l’image pour accéder au lien)

Adresses utiles : structures intervenant en addictologie

Annuaire régional (27 et 76) : conduites addictives


Pour en savoir plus :

ARS (2016) : Liste des Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) en Normandiecliquer ici

Réseau « Addict’ O Normand » (2016) : Annuaire (27 et76)cliquer ici

Sources : (cliquer sur l’image pour accéder au lien)

Contacter « Drogues info service »

L’aide spécialisée ambulatoire

Les Consultations jeunes consommateurs (CJC), une aide aux jeunes et à leur entourage

Structures spécialisées en addictologie


Rédaction : Dr Jean-Louis SIMENEL et Sabine SIONVILLE (20/07/2017).


TOP